From Water, Iron & Stone

View all photos

Résidence artistique co-produite par deux abbayes cisterciennes : Noirlac et Fontmorigny (Région Centre)

Recherches autour du patrimoine industriel de la région en résonance avec les deux abbayes, dont l'ordre cistercien fût pionnier en matière de développement industriel.

Série présentée dans le cadre du festival "Les Futurs de l'Écrit" à l'Abbaye de Noirlac en mai 2015.

 

De l’esprit du lieu

Christophe Leray, in Chroniques d'architecture (décembre 2015)

 

Comment représenter un patrimoine industriel aujourd’hui disparu ? C’est la question que s’est posée le photographe Pierre-Yves Brunaud. Invité pour une résidence d’artiste à l’abbaye de Noirlac, dans le Cher, il apporte une réponse pertinente en reliant l’histoire de l’ordre cistercien du XIIème siècle à nos jours tout en exprimant la richesse du territoire actuel de manière poétique.

Les moines cisterciens, fondateurs de deux abbayes distantes de 60 km à peine – Noirlac et Fontmorigny – furent des précurseurs dans le domaine industriel, pour autant que l’on puisse l’écrire ainsi puisque, dès le XIIIe siècle, ils produisaient de la porcelaine et entreprenaient de développer la métallurgie, construisant des forges et inventant la fonte dès le siècle suivant.
Au XVIIIe siècle, le Val d’Aubois est ainsi devenu l’une des plus importantes régions sidérurgiques françaises et une terre d’expérimentation technique et architecturale. Au XIX et XXe siècle, ce sont les ateliers de briques et de tuiles qui s’industrialisent à leur tour.
Sauf que les vestiges sont rares dans la région, à l’exception des Forges de Torteron. Ce qui renvoie à la question posée : comment balayer l’histoire d’un territoire sur plusieurs siècles et, pour en révéler la richesse, représenter un patrimoine disparu qui l’a pourtant marqué ?

Interview en images :

 

@Pierre-Yves Brunaud

Voilà un paysage intemporel, tel que l’ont peut-être vu au XIIème siècle les moines cisterciens à la recherche d’un lieu propice à l’établissement d’une abbaye. Il faut imaginer que ces terres, pour peu qu’on se donne la peine de les retourner sur le premier mètre, regorgent de petites pépites d’oxyde de fer. L’eau servira alors de force motrice pour actionner le soufflet de la forge, et les bois seront indispensables pour fournir le précieux combustible.

 

@Pierre-Yves Brunaud

Le réfectoire de l’abbaye de Noirlac accueille les ruines de la fonderie de Torteron, un site industriel que l’on pourrait presque qualifier d’archéologique. Le stade de foot municipal a recouvert l’ensemble de la superficie. Ne demeure aujourd’hui en contrebas qu’une très large façade de pierre dont les ouvertures voûtées sont entièrement comblées et envahies par la végétation.

 

@Pierre-Yves Brunaud

Des générations d’ouvriers se succèdent au gré des époques et des activités industrielles. Cette image d’archive datée de 1910 de la tuilerie mécanique de Grossouvre, une des rares usines encore en activité aujourd’hui dans la région, est projetée sur l’exceptionnelle charpente du dortoir des convers de l’abbaye de Noirlac.

 

@Pierre-Yves Brunaud

L’architecture cistercienne de Noirlac est magnifiquement conservée et restaurée, A contrario celle de l’abbaye de Fontmorigny comporte des parties qui font encore l’objet de fouilles ou d’opérations de soutènement et de réhabilitation. Ce qui fût la promenade autour du cloître, aujourd’hui envahie par les herbes, accueille ici une perspective de l’usine de tuiles mécaniques.

 

 

@Pierre-Yves Brunaud

Si j’ai un intérêt particulier pour la mémoire et pour le patrimoine, c’est avant tout pour tenter d’appréhender le présent. La rencontre passionnante avec le directeur de la tuilerie de Grossouvre m’ouvre un nouvel univers contemporain avec de vrais ouvriers en chair et en os : la précision du geste et le souci du travail bien fait depuis des décennies font de cette tuilerie mécanique un des grands fournisseurs des monuments historiques en France.

 

@Pierre-Yves Brunaud

Autres époques, autres lieux. Ce pourrait être des cathédrales, au sens religieux comme au sens industriel. J’ai pris un malin plaisir à confondre les perspectives de la nef de Noirlac avec celles du four de la tuilerie, qui doit faire 200 ou 300 mètres de long afin d’assurer une cuisson optimale. Des souvenirs me reviennent d’un précédent travail, Matière à construire, qui m’avait déjà conduit à explorer l’immense four d’une briqueterie industrielle.

 

@Pierre-Yves Brunaud
 

Comment figurer de façon abstraite les relations étroites qu’entretiennent les abbayes cisterciennes entre elles ? Seulement 60 km séparent Noirlac de Fontmorigny et les échanges sont nombreux en dehors du rendez-vous annuel officiel qui se tient dans la salle du chapître. Le vitrail contemporain qui orne aujourd’hui la nef de l’église de Fontmorigny est ici transporté vers les ogives de la promenade du cloître de Noirlac.

 

 

Pierre-Yves Brunaud